Ceci n'est pas un libre marché, c'est un jeu


PARTAGEZ CETTE PAGEPartagez cette page par courrielPartagez cette page sur TwitterPartagez cette page sur Facebook

L’économiste étasunien controversé, Jeffrey Sachs, donne une entrevue à Al Jazeera sur l’effondrement du système financier mondial et les moyens de mettre fin à la crise. (en anglais)

 

 

 « Les banques ont dit, laissez-nous sans règlementations, nous savons comment faire les choses, ne permettez pas au gouvernement de s’en mêler. Puis avec cette liberté de manœuvre, ils ont pris d’énormes risques et ont même agi illégalement, alors ils ont brisé le système mondial. Dès que cela s'est produit, ils se sont empressés de dire « Renflouez-nous, renflouez-nous, si vous ne nous renflouez pas, nous sommes trop gros pour faire faillite, vous devrez nous sauver ». Aussitôt après que cela s’est produit, ils ont dit : « Oh ! Ne nous règlementez pas. Nous savons quoi faire. » Et ils sont revenus presque avec la même vieille histoire, et la population est là qui regarde abasourdie « parce que nous vous venons juste de vous renflouer, alors comment pouvez-vous vous payer des milliards en bonus encore une fois ? » Alors les banquires disent : « Nous en avons le droit, quel est votre problème ? » Et le problème qu’ont les gens de Occupy Wall Street et les autres protestataires est le suivant : « Vous ne le méritez pas, vous êtes passés tout près de détruire le système, vous avez joué avec l’économie, vous vous payez d’énormes primes, vous continuez d’aller à la Maison blanche à des dîners d’État, vous vous payez d’énormes maisons, quelle sorte de système est-ce donc ? »

 

Quand je parle de ceci aux Etats-Unis, je suis souvent attaqué : « Oh ! Vous ne croyez pas en l’économie de libre marché ». Je me dis : « Quel marché libre peut-il y avoir ? Vous dites dérèglementez, quand les banques sont en difficulté, vous dites de les renflouer, aussitôt que vous êtes sauvés, vous dites de revenir à la dérèglementation. Ce n’est pas un marché libre, c’est un jeu, et il faut sortir du jeu. Nous devons revenir à un comportement de grandes personnes. »

 

Jeffrey Sachs, Université de Columbia